La parole et le corps (expropriés et retrouvés[?]) : les femmes dans la chanson italienne des années 70 à nos jours

Dans le cadre de la manifestation culturelle L’Italia (in)canta, la bibliothèque vous propose, le jeudi 5 mars 2015 à 18h, en salle de projection, La parole et le corps (expropriés et retrouvés[?]) : les femmes dans la chanson italienne des années 70 à nos jours, une conférence-discussion de Margherita Marras et Eric Mangin

Parole et corps représentent un binôme incontournable pour évaluer la complexité extrêmement riche et variée de la question des femmes et, plus généralement, de la question de genre. Ce binôme sera à l’origine d’interrogations axées sur le contexte italien, mais le format de cette rencontre-conversation permettra aussi d’aborder certaines particularités de la parole et des corps féminins dans nos sociétés actuelles.

– Margherita Marras est maître de conférences d’italien (LEA) à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.
– Spécialiste du droit de la famille, Eric Mangin a exercé son activité de juge dans plusieurs tribunaux de France métropolitaine et d’Outre-mer. Il est actuellement Juge d’Application des Peines (JAP) et vice-président du Tribunal de Grande Instance d’Avignon.

Mina & Pino Presti Orchestra - 1978 | CC Pino Presti,1978

La chanson populaire entre traduction, adaptation et transportation ou comment le traductofiore s’en sort…

Dans le cadre de la manifestation culturelle L’Italia (in)canta, la bibliothèque vous propose, ce mardi 24 février 2015, à 14h00, en salle de projection, La chanson populaire entre traduction, adaptation et transportation ou comment le traductofiore s’en sort…, une conférence de Laurent Lombard.

Il semblerait que la traduction de la chanson relève davantage de l’adaptation voire de la transportation. Pourquoi et comment traduire une chanson ? Pourquoi certaines chansons passent dans un autre pays sans le besoin d’être traduites ? Quelles sont les chansons populaires françaises adaptées en italien et vice-versa ? Ce sont là quelques-unes des questions abordées lors de cette conférence qui entend montrer à travers des études de cas précis combien cette problématique de la traduction de la chanson populaire est révélatrice des différences sociales et sociétales entre la France et l’Italie.

Laurent Lombard est maître de conférences en littérature italienne contemporaine à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Il a traduit une quarantaine d’ouvrages en français.

Venez nombreux !

CC Spry - Flickr

Mémoires musicales de Provence

Dans le cadre d’un cycle de conférences organisé par Provença Terra d’Oc (Institut d’Estudis Occitans du Vaucluse) et l’Oustau de la Culturo Prouvençalo, la Bibliothèque Universitaire vous propose le mardi 10 février 2015 à 17h45, en salle de recherche sciences, Mémoires musicales de Provence, une conférence-concert par André Gabriel, musicien, musicologue, professeur.

Si le couple galoubet-tambourin est certes l’instrument que tout fervent provençal reconnaît comme emblématique du terroir, il ne faut pas négliger pour autant les nombreuses pratiques musicales toujours très vivantes dans la Provence alpine comme le violon, l’accordéon ou la vielle à roue ; pas plus que des traditions devenues aujourd’hui plus confidentielles comme celles du frestéu (flûte de Pan provençale), du tambourin à cordes, du chalumeau, du fifre et bachas (tambour), de la cornemuse, du grailhe (hautbois)… Sans oublier les innombrables claque-bois, contrecloches, sonnailles, sifflets de fortune, instruments du Carnaval.
Une séance musicale qui permettra d’entendre une soixantaine d’instruments traditionnels provençaux.

Venez nombreux !


Un nouveau dispositif pour visionner un film en ligne légalement

Le Ministère de la culture et le Centre national du cinéma (CNC) ont dévoilé, ce mercredi 28 janvier 2015, un dispositif destiné à promouvoir l’offre légale de films, de séries ou de musique, basé sur les usages des internautes : «  Quand un internaute cherche à regarder un film en ligne, il est peu probable qu’il aille sur des sites comme http://www.offre-légale.fr, la base de données montée par la Hadopi, a estimé Julien Neutres, du CNC, chargé de ce projet. L’utilisateur va plutôt taper La Reine des neiges ou Gone Girl dans un moteur de recherche… le plus souvent Google. Et trouver en résultats l’annuaire Allociné (en première position quasiment tout le temps, selon la Culture), l’encyclopédie Wikipedia, des sites d’information comme Télérama.fr ou Première.fr et aussi… des sites de téléchargement illégal. » (source Le Monde.fr)

D’où l’idée de nouer des partenariats avec les sites culturels les plus populaires, afin qu’ils renvoient l’internaute -via un widget- vers des sites légaux de vidéo à la demande. Allociné, Premiere, Télérama et Sens critique sont à l’heure actuelle les quatre premiers partenaires.

Concrètement, voici la page de résultat du site Allociné (la recherche portant sur le  film Amadeus)  :

Capture d'écran du site Allociné

Pour en savoir plus :

– Le Monde.fr
Offre légale (le site des offres culturelles en ligne)

Bonne consultation !

Luca Serio & The Yonders

Capture d'écran du site.

 

La bibliothèque vous propose, le samedi 24 janvier 2015 à 22h00, aux Passagers du Zinc (Avignon), un concert de Luca Serio & The Yonders.

Nés en 2006 en Emilia Romagna, Luca Serio & The Yonders mènent une recherche sur les musiques traditionnelles et sur l’histoire de leur région avec une attention particulière sur le dialecte émilien. Ils mélangent ces éléments issus de la tradition avec la langue anglaise et les sons énergiques du punk-rock.

Avec :
Luca Serio Bertolini : voix, guitare
Gianmaria Iori : basse
Alessio Berrè : violon, accordéon
Andrea Monchiari : batterie

Tarif : GRATUIT (hors adhésion obligatoire 2€ à régler sur place)
Ouverture des portes à 21h00
Les Passagers du Zinc – 23 route de Montfavet – 84000 Avignon
informations : info@passagersduzinc.com et 04 90 89 45 49

Les femmes aussi ont écrit – et écrivent encore – en langue d’oc

Dans le cadre d’un cycle de conférences organisé par Provença Terra d’Oc (Institut d’Estudis Occitans du Vaucluse) et l’Oustau de la Culturo Prouvençalo, la Bibliothèque Universitaire vous propose ce mardi 13 janvier 2015 à 17h45, en salle de recherche sciences, Les femmes aussi ont écrit – et écrivent encore – en langue d’oc, une conférence de Danièla Julien, auteure, traductrice, conteuse, originaire de Tarascon (Bouches-du-Rhône).

Chacun connaît ou a entendu parler des Troubadours et de Frédéric Mistral, de Joseph d’Arbaud peut-être, mais qui, à part quelques initiés, a lu Marcelle Drutel, Clardeluno ou Henriette Dibon ? Qui sait que des femmes, aujourd’hui encore, écrivent en langue d’oc, de la poésie, de la prose, du théâtre… ?
Nous essaierons de découvrir quelques œuvres de ces écrivaines amoureuses, audacieuses, courageuses et… aventureuses.

Venez nombreux !


Sous le pont d’Avignon

Les Cinéfils et filles vous invitent, ce jeudi 18 décembre à 17h, à la vidéothèque, à la projection du film documentaire Sous le pont d’Avignon de Florine Clap.

La projection sera suivie d’un débat avec l’équipe du film.

“Pour être née en son sein et avoir passé des heures dans ses rues étroites, Avignon est la ville qui m’est la plus chère. Les balades intramuros avec mon grand-père – à qui je dédie ce film – pendant lesquelles l’on décryptait ensemble ce que les murs avaient à raconter, les promenades dans le silence et dans le vent, ou encore les multiples rencontres avec tous ceux que l’on pouvait croiser chaque jour dans les rues, ont rythmé ma jeunesse.
La disproportion d’Avignon – son petit centre-ville et son très grand palais, son désordre latin, sa métamorphose festivalière chaque été, ses traces et ses empreintes qui se propagent en tous sens, m’ont toujours inspirée. Je désirais faire un film sur les rues d’Avignon, et avant tout, je voulais filmer ces « présences » urbaines, tous ceux qui survivent au cœur de la cité, qui la connaissent et la côtoient intimement.
Je suis allée à la rencontre de ces hommes et femmes de la rue ; les « exclus », les « marginaux », ces présences urbaines discrètes (pour certaines à peine visibles). Tous ceux qui survivent, travaillent, errent dans la rue, ou encore ceux qui cherchent dans l’espace urbain une forme d’inspiration, de lien social, ou de sens existentiel. Ils sont artistes, gitans, SDF, prostituées, sans papiers ou artisans des rues. Tous vivent à la marge, échappent aux étapes qui marquent traditionnellement nos existences. Ce mode de vie, singulier, certains le subissent, d’autres l’ont choisi. Comme Viviane et Coin Coin, ils m’interpellent, me fascinent car ils ont beaucoup à partager, à exprimer.
Dans les rues, je m’attarde aussi à filmer les empreintes et les traces laissées là, sur les murs ou le sol, par des anonymes; elles sont le reflet de l’expression humaine tout aussi fragiles, éphémères et jamais bien loin de l’oubli…” Séverine Clap, extrait du site du cinéma Utopia.

Venez nombreux !

La réécriture dans l’oeuvre de Fabrizio De André, conférence de Giovanni Privitera.

Dans le cadre de la manifestation culturelle L’Italia (in)canta, la bibliothèque vous propose le mercredi 17 décembre 2014 à 15h30, en salle de projection, La réécriture dans l’oeuvre de Fabrizio De André, une conférence de Giovanni Privitera.

Si la chanson est un véritable creuset des autres arts, la découverte de l’intertextualité dans l’œuvre de Fabrizio De André intrigue tant elle est riche et hétérogène : de François Villon à Stanley Kubrick en passant par Brassens, les cantacronache, Charles Baudelaire, Álvaro Mutis ou encore Pieter Brueghel.
Cependant, un examen plus attentif de sa vaste production (plus de cent vingt chansons réparties sur quinze albums) s’étalant sur tout le dernier tiers du XXème siècle, révèle de probantes analogies entre ses choix intertextuels et les principales thématiques de son répertoire.

Giovanni Privitera est docteur en littérature et culture italiennes, chargé de conférence de méthode à l’Institut de Sciences Politiques d’Aix-en-Provence et lecteur d’italien à l’UFR de Droit d’Aix-Marseille Université.

Venez nombreux !