Médiathèque numérique

artevideo1A partir du mardi 23 février, vous pourrez découvrir sur le site de la bibliothèque, Médiathèque numérique, un service de vidéos en ligne proposé par ArteVoD et UniversCiné.

Médiathèque numérique, c’est un catalogue riche de milliers de programmes (55% cinéma, 30% documentaires et magazines, 10% jeunesse, 5% spectacles) issus du meilleur du catalogue d’Arte (grands documentaires, collections emblématiques, spectacles, émissions phares) et d’UniversCiné (plus de 1 000 films du cinéma indépendant, français ou étranger).

Médiathèque Numérique, c’est aussi un riche environnement éditorial autour des films. A votre disposition, de nombreuses interviews exclusives de réalisateurs ou d’acteurs et des centaines d’articles pour mieux appréhender un film en particulier ou l’œuvre complète d’un auteur.

Vous pourrez consulter l’offre en ligne Médiathèque Numérique :
– à distance, depuis le site : vous pourrez visionner une vidéo de votre choix, dans la limite du quota de prêt (10 visionnages par mois)
– à la bibliothèque via des postes dédiés (prochainement)

Attention !! Médiathèque numérique est réservé aux lecteurs inscrits à la bibliothèque et accessible après authentification sur le site de la bibliothèque.

A bientôt sur Médiathèque numérique !

Sous le pont d’Avignon

Les Cinéfils et filles vous invitent, ce jeudi 18 décembre à 17h, à la vidéothèque, à la projection du film documentaire Sous le pont d’Avignon de Florine Clap.

La projection sera suivie d’un débat avec l’équipe du film.

“Pour être née en son sein et avoir passé des heures dans ses rues étroites, Avignon est la ville qui m’est la plus chère. Les balades intramuros avec mon grand-père – à qui je dédie ce film – pendant lesquelles l’on décryptait ensemble ce que les murs avaient à raconter, les promenades dans le silence et dans le vent, ou encore les multiples rencontres avec tous ceux que l’on pouvait croiser chaque jour dans les rues, ont rythmé ma jeunesse.
La disproportion d’Avignon – son petit centre-ville et son très grand palais, son désordre latin, sa métamorphose festivalière chaque été, ses traces et ses empreintes qui se propagent en tous sens, m’ont toujours inspirée. Je désirais faire un film sur les rues d’Avignon, et avant tout, je voulais filmer ces « présences » urbaines, tous ceux qui survivent au cœur de la cité, qui la connaissent et la côtoient intimement.
Je suis allée à la rencontre de ces hommes et femmes de la rue ; les « exclus », les « marginaux », ces présences urbaines discrètes (pour certaines à peine visibles). Tous ceux qui survivent, travaillent, errent dans la rue, ou encore ceux qui cherchent dans l’espace urbain une forme d’inspiration, de lien social, ou de sens existentiel. Ils sont artistes, gitans, SDF, prostituées, sans papiers ou artisans des rues. Tous vivent à la marge, échappent aux étapes qui marquent traditionnellement nos existences. Ce mode de vie, singulier, certains le subissent, d’autres l’ont choisi. Comme Viviane et Coin Coin, ils m’interpellent, me fascinent car ils ont beaucoup à partager, à exprimer.
Dans les rues, je m’attarde aussi à filmer les empreintes et les traces laissées là, sur les murs ou le sol, par des anonymes; elles sont le reflet de l’expression humaine tout aussi fragiles, éphémères et jamais bien loin de l’oubli…” Séverine Clap, extrait du site du cinéma Utopia.

Venez nombreux !

The Hobbit

Le dernier volet de la trilogie “The Hobbit”, réalisée par Peter Jackson, arrive sur nos écrans ce mercredi 10 décembre. Si vous n’avez pas vu les deux premiers films ou si vous les avez un peu oubliés, vous pouvez les emprunter à la vidéothèque (F JAC). Et si vous êtes fan de Fantasy et de l’œuvre de J.R.R.Tolkien, vous pouvez également emprunter la trilogie du Seigneur des anneaux, en livres ou en DVD.

A bientôt, à la vidéothèque !

 

Quels films avez-vous le plus empruntés ?

Quels films avez-vous le plus empruntés au cours de la dernière année universitaire ?

Voici la réponse :

Le grand vainqueur est la comédie de Philippe Le Guay, Alceste à bicyclette, empruntée 17 fois entre novembre 2013 et juin 2014 ! Pour info,  ce  film  a également connu un joli succès en salles, avec plus d’ 1 million d’entrées…

A bientôt, à la vidéothèque !

L’œuvre de Miyazaki résumée en moins d’une minute

L’artiste Pablo Fernández rend hommage, dans la vidéo ci-dessous, à la carrière du maître de l’animation japonaise, Hayao Miyazaki, officiellement à la retraite depuis septembre 2013.

[vimeo]http://vimeo.com/104063954[/vimeo]

Le château de Cagliostro de Miyazaki (F MIY)  est disponible à la vidéothèque.
N’hésitez pas à l’emprunter !

Sur le tapis rouge de Deauvile… #1

[Deauville] cérémonie d’ouverture du 40ème festival de Deauville… et le sourire de Jessica déchira la brume fantomatique…

“Il y a un calme à Deauville. Ce festival est atypique par son rythme, sans hystérie, bercé par la côte. Ses 40 ans en tout cas lui donne une sérénité. Le très large tapis rouge vers l’océan où connus et inconnus se côtoient, malgré quelques lointains commentaires, traverse un silence. Mais ce calme est hanté.

Lionel Chouchan, co-fondateur du Festival, dans son discours introductif rendit un hommage fort sensible et au bord des larmes à André Halimi qui a créé et porté avec lui pendant presque 40 ans ce Festival. Deauville est en deuil… “Tu n’es pas parti…tu n’es pas décédé…tu t’es simplement envolé… ” Ces paroles sont si fébriles d’émotion et de sincérité que l’on en est emporté à travers les paillettes par la violence crue de cet homme seul sur scène avec sa peine. Mais sans emphase, juste une élégance, simple, un calme, hanté.
Puis, ce fut le double hommage à Lauren Bacall et Robin Williams. Ce qui nous a permis de revoir Bogart siffler. Mme Bacall était venue lors de la 25ème édition aux côtés de Robin Williams, ils nous ont quittés respectivement le 11 et le 12 août dernier. Le souvenir, en 88, de Good Morning Vietnam parcourt la salle , les éclats de cette conférence de presse spectaculaire sont partagés encore de sourires. Cette évocation se termina par une poignante standing ovation de toute la salle en mémoire de l’insurrection du Cercle des Poètes disparus.

Le jury entra sur scène, il est à noter, comme le soulignait Costa Gavras, que les caractères et les personnalités sont particulièrement forts cette année, Lescure, Lelouch, Lindon, Jeunet, Pietra Galla ; cela promet des débats tranchés et argumentés. La sélection officielle est passionnante et plutôt risquée, au-delà des très attendus Gregg Araki, Ferrara et Corbijn.
Cette cérémonie d’ouverture avant la projection du dernier Woody Allen, Magic in the moonlight, se termina par un hommage à Jessica Chastain, traversant la salle toute de rose vêtue au milieu de ces nuances de blanc et de noir. Robin Williams fut à nouveau évoqué, comme un passage de témoin, ainsi Pierre Lescure nous apprit qu’il avait soutenu et sponsorisé financièrement les études de théâtre de Jessica Chastain. Symbole de flamme qui se perpétue au travers de ces deux hommages. Et sur scène au milieu de ses remerciements, elle trébucha nonchalamment sur les prononciations des noms français du maire, des organisateurs, et se mît à rire, sonore comme de la joaillerie, et chacun résonna. Dans cette ville d’océan et de casino donc d’incertitude, parfois fantomatique sous le brouillard, où la mort sur l’écran ce soir étincelle de sa présence, son sourire fut une magie.

La magie dans le clair-obscur de la lune, le Woody Allen pouvait commencer.
JFA

Vous pouvez découvrir des photos du tapis rouge de Deauville à la vidéothèque jusqu’au 10 octobre 2014. Venez nombreux !

 

[ DEAUVILLE] CÉRÉMONIE D’OUVERTURE DU 40IEME FESTIVAL DE DEAUVILLE …ET LE SOURIRE DE JESSICA DÉCHIRA LA BRUME FANTOMATIQUE

 

Il y a un calme à Deauville. Ce festival est atypique par son rythme, sans hystérie, bercé par la côte. Ses 40 ans en tout cas lui donne une sérénité. Le très large tapis rouge vers l’océan où connus et inconnus se côtoient, malgré quelques lointains commentaires, traverse un silence. Mais ce calme est hanté.

 

Lionel Chouchan, co-fondateur du Festival, dans son discours introductif rendit un hommage fort sensible et au bord des larmes à André Halimi qui a créé et porté avec lui pendant presque 40 ans ce Festival. Deauville est en deuil… »Tu n’es pas parti…tu n’es pas décédé…tu t’es simplement envolé… » Ces paroles sont si fébriles d’émotion et de sincérité que l’on en est emporté à travers les paillettes par la violence crue de cet homme seul sur scène avec sa peine. Mais sans emphase, juste une élégance, simple, un calme, hanté.

Puis, ce fut le double hommage à Lauren Bacall et Robin Williams. Ce qui nous a permis de revoir Bogart siffler. Mme Bacall était venue lors de la 25ieme édition aux côtés de Robin Williams, ils nous ont quitté respectivement le 11 et le 12 août dernier. Le souvenir, en 88, de Good Morning Vietnam parcours la salle , les éclats de cette conférence de presse spectaculaire sont partagés encore de sourires. Cette évocation se termina par une poignante standing ovation de toute la salle en mémoire de l’insurrection du Cercle des Poètes disparus.

Le jury entra sur scène, il est à noter, comme le soulinait Costa Gavras, que les caractères et les personnalités sont particulièrement forts cette année, Lescure, Lelouch, Lindon, JP Jeunet, Pietra Galla ; cela promet des débats tranchés et argumentés. La sélection officielle est passionnante et plutôt risquée, au-delà des très attendus Gregg Araki, Ferrara et Corbijn.
Cette cérémonie d’ouverture avant la projection du dernier Woody Allen, Magic in the moonlight (lire notre critique ici), se termina par un hommage à Jessica Chastain, traversant la salle toute de rose vêtue au milieu de ces nuances de blanc et de noir. Robin Williams fut à nouveau évoqué, comme un passage de témoin, ainsi Pierre Lescure nous apprit qu’il avait soutenu et sponsorisé financièrement les études de théâtre de Jessica Chastain. Symbole de flamme qui se perpétue au travers de ces deux hommages. Et sur scène au milieu de ses remerciements, elle trébucha nonchalamment sur les prononciations des noms français du maire, des organisateurs, et se mît à rire, sonore comme de la joaillerie, et chacun résonna. Dans cette ville d’océan et de casino donc d’incertitude, parfois fantomatique sous le brouillard, où la mort sur l’écran ce soir étincelle de sa présence, son sourire fut une magie.


La magie dans le clair-obscur de la lune, le Woody Allen pouvait commencer.

 

 

JFA

[ DEAUVILLE] CÉRÉMONIE D’OUVERTURE DU 40IEME FESTIVAL DE DEAUVILLE …ET LE SOURIRE DE JESSICA DÉCHIRA LA BRUME FANTOMATIQUE

Il y a un calme à Deauville. Ce festival est atypique par son rythme, sans hystérie, bercé par la côte. Ses 40 ans en tout cas lui donne une sérénité. Le très large tapis rouge vers l’océan où connus et inconnus se côtoient, malgré quelques lointains commentaires, traverse un silence. Mais ce calme est hanté.

Lionel Chouchan, co-fondateur du Festival, dans son discours introductif rendit un hommage fort sensible et au bord des larmes à André Halimi qui a créé et porté avec lui pendant presque 40 ans ce Festival. Deauville est en deuil… »Tu n’es pas parti…tu n’es pas décédé…tu t’es simplement envolé… » Ces paroles sont si fébriles d’émotion et de sincérité que l’on en est emporté à travers les paillettes par la violence crue de cet homme seul sur scène avec sa peine. Mais sans emphase, juste une élégance, simple, un calme, hanté.
Puis, ce fut le double hommage à Lauren Bacall et Robin Williams. Ce qui nous a permis de revoir Bogart siffler. Mme Bacall était venue lors de la 25ieme édition aux côtés de Robin Williams, ils nous ont quitté respectivement le 11 et le 12 août dernier. Le souvenir, en 88, de Good Morning Vietnam parcours la salle , les éclats de cette conférence de presse spectaculaire sont partagés encore de sourires. Cette évocation se termina par une poignante standing ovation de toute la salle en mémoire de l’insurrection du Cercle des Poètes disparus.

Le jury entra sur scène, il est à noter, comme le soulinait Costa Gavras, que les caractères et les personnalités sont particulièrement forts cette année, Lescure, Lelouch, Lindon, JP Jeunet, Pietra Galla ; cela promet des débats tranchés et argumentés. La sélection officielle est passionnante et plutôt risquée, au-delà des très attendus Gregg Araki, Ferrara et Corbijn.
Cette cérémonie d’ouverture avant la projection du dernier Woody Allen, Magic in the moonlight (lire notre critique ici), se termina par un hommage à Jessica Chastain, traversant la salle toute de rose vêtue au milieu de ces nuances de blanc et de noir. Robin Williams fut à nouveau évoqué, comme un passage de témoin, ainsi Pierre Lescure nous apprit qu’il avait soutenu et sponsorisé financièrement les études de théâtre de Jessica Chastain. Symbole de flamme qui se perpétue au travers de ces deux hommages. Et sur scène au milieu de ses remerciements, elle trébucha nonchalamment sur les prononciations des noms français du maire, des organisateurs, et se mît à rire, sonore comme de la joaillerie, et chacun résonna. Dans cette ville d’océan et de casino donc d’incertitude, parfois fantomatique sous le brouillard, où la mort sur l’écran ce soir étincelle de sa présence, son sourire fut une magie.

La magie dans le clair-obscur de la lune, le Woody Allen pouvait commencer.

JFA

La vidéothèque ferme ce vendredi 27 juin

Plus que deux jours pour emprunter des fictions ou des documentaires ! Parmi les nouveautés à ne pas rater : Les Garçons et Guillaume à table, La vie d’Adèle, Le Casse-tête chinois, Yves Saint Laurent, 9 mois ferme ou encore Blue Jasmine !!

Attention, après la fermeture de la vidéothèque, les documents devront être rendus à la banque de prêt-retour, au cours des 2 premières semaines de juillet.

Bonne consultation !

Radu Mihaileanu

Les L3 Info com (Parcours cinéma, festival et événement culturel) accueillent le producteur et réalisateur Radu Mihaileanu le mardi 8 avril à 17h, en salle 2E04, dans le cadre d’un séminaire cinéma.

Trois de ses films son disponibles  à la vidéothèque (cote F MIH) : La source des femmes, Le Concert et Va, vis et deviens. N’hésitez pas à les emprunter !

Rencontre avec un “wannabe-réalisateur”

Dans le cadre de l’exposition A chaque danse ses histoires, proposée par le SUAPS  du 27 février au 20 mars 2014, les Cinéfils et filles vous invitent à un après-midi danse à la vidéothèque le mercredi 5 mars 2014. Vous pourrez notamment découvrir, à 17h45, Bonhomme un court métrage de fiction réalisé par Quentin Laurent, jeune cinéaste diplômé de l’ESAV, Ecole Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse.
“Wannabe-réalisateur, je partage mon temps entre tournages de petits films fauchés, tournages de gros films produits et animation d’ateliers vidéos en milieu associatif. “Bonhomme”, réalisé en 2011 est mon deuxième court métrage de fiction, travail de fin d’année à l’Ecole Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse. ”

La projection sera suivie d’une discussion avec le réalisateur.

Venez nombreux !

Cinéma

Un week-end très cinéma…

Hommage tout d’abord à Alain Resnais, le génial réalisateur de Nuit et Brouillard, Hiroshima mon amour et On connaît la chanson est mort samedi soir à Paris, à l’âge de 91 ans. Vous pouvez retrouver l’essentiel de ses films à la vidéothèque.

Vendredi 28 février, avait lieu la 39e cérémonie des César, dominée par le premier film de Guillaume Gallienne, Les garçons et Guillaume à table. Un film que vous pourrez bientôt emprunter à la vidéothèque.
Parmi les films primés ou sélectionnés, certains sont déjà disponibles à la vidéothèque : L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, Le passé d’ Asghar Farhadi… et d’autres le seront très bientôt : Quai d’Orsay de Bertrand Tavernier ou encore 9 mois ferme d’Albert Dupontel.

Enfin, hier soir s’est tenue la 86ème cérémonie des Oscars, vous pourrez bientôt retrouver à la vidéothèque Gravity d’Alfonso Cuarón et, dès qu’ils seront disponibles chez nos fournisseurs, Twelve Years a Slave de Steve McQueen, American Bluff (American Hustle) de David O. Russell ou encore Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée.

Rendez-vous donc à la vidéothèque !

Alain Resnais

 

Un week-end consacré au cinéma…

 

Hommage tout d’abord à Alain Resnais : le génial réalisateur de « Nuit et Brouillard », « Hiroshima mon amour » et « On connaît la chanson », est mort samedi soir à Paris, à l’âge de 91 ans. Vous pouvez retrouver l’essentiel de ses films à la vidéothèque.

 

Vendredi 28 février, avait lieu la 39e cérémonie des César dominée, comme prévue, par le premier film de Guillaume Gallienne, Les garçons et Guillaume à table. Un film que vous pourrez bientôt emprunter à la vidéothèque.

Parmi les films primés ou sélectionnés, certains sont déjà disponibles à la vidéothèque : L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, L’écume des jours de Michel Gondry, Le passé d’ Asghar Farhadi… et d’autres le seront très bientôt : Quai d’Orsay de Bertrand Tavernier ou encore 9 mois ferme d’Albert Dupontel

 

Enfin, hier soir s’est tenue la 86ème cérémonie des Oscars, vous pourrez bientôt retrouver à la vidéothèque Gravity d’Alfonso Cuarón et dès qu’ils seront disponibles chez nos fournisseurs Twelve Years a Slave réalisé par Steve McQueen, American Bluff (American Hustle) de David O. Russell ou encore Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée.

 

Rendez-vous donc à la vidéothèque !

Un week-end consacré au cinéma…

Hommage tout d’abord à Alain Resnais : le génial réalisateur de « Nuit et Brouillard », « Hiroshima mon amour » et « On connaît la chanson », est mort samedi soir à Paris, à l’âge de 91 ans. Vous pouvez retrouver l’essentiel de ses films à la vidéothèque.

Vendredi 28 février, avait lieu la 39e cérémonie des César dominée, comme prévue, par le premier film de Guillaume Gallienne, Les garçons et Guillaume à table. Un film que vous pourrez bientôt emprunter à la vidéothèque.
Parmi les films primés ou sélectionnés, certains sont déjà disponibles à la vidéothèque : L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, L’écume des jours de Michel Gondry, Le passé d’ Asghar Farhadi… et d’autres le seront très bientôt : Quai d’Orsay de Bertrand Tavernier ou encore 9  mois ferme d’Albert Dupontel

Enfin, hier soir s’est tenue la 86ème cérémonie des Oscars, vous pourrez bientôt retrouver à la vidéothèque Gravity d’Alfonso Cuarón et dès qu’ils seront disponibles chez nos fournisseurs Twelve Years a Slave  réalisé par Steve McQueen, American Bluff (American Hustle) de David O. Russell ou encore Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée.

Rendez-vous donc à la vidéothèque !Un week-end consacré au cinéma…

Hommage tout d’abord à Alain Resnais : le génial réalisateur de « Nuit et Brouillard », « Hiroshima mon amour » et « On connaît la chanson », est mort samedi soir à Paris, à l’âge de 91 ans. Vous pouvez retrouver l’essentiel de ses films à la vidéothèque.

Vendredi 28 février, avait lieu la 39e cérémonie des César dominée, comme prévue, par le premier film de Guillaume Gallienne, Les garçons et Guillaume à table. Un film que vous pourrez bientôt emprunter à la vidéothèque.
Parmi les films primés ou sélectionnés, certains sont déjà disponibles à la vidéothèque : L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, L’écume des jours de Michel Gondry, Le passé d’ Asghar Farhadi… et d’autres le seront très bientôt : Quai d’Orsay de Bertrand Tavernier ou encore 9  mois ferme d’Albert Dupontel

Enfin, hier soir s’est tenue la 86ème cérémonie des Oscars, vous pourrez bientôt retrouver à la vidéothèque Gravity d’Alfonso Cuarón et dès qu’ils seront disponibles chez nos fournisseurs Twelve Years a Slave  réalisé par Steve McQueen, American Bluff (American Hustle) de David O. Russell ou encore Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée.

Rendez-vous donc à la vidéothèque !