La publication scientifique : Du papier au numérique & Le temps des dérives

Pascal Guitton, professeur à l’Université de Bordeaux et directeur de recherche à l’INRIA, vient de publier sur le Blog « Binaire – l’informatique : la science au coeur du numérique » du journal Le Monde, une série de deux articles portant sur la publication scientifique.

Le premier, intitulé « Du papier au numérique », présente à grands traits les caractéristiques de la publication scientifique et les principales évolutions qu’elle a connues depuis les origines.

La publication scientifique : du papier au numérique

Le deuxième, « Le temps des dérives », traite des problématiques liées à la concentration de cette activité éditoriale aux mains d’une poignée d’acteurs, du passage au numérique et de la recherche de nouveaux modèles économiques par les communautés de chercheurs avec la mise en place de l’Open Access.

La publication scientifique : le temps des dérives

La Caverne du Pont d’Arc

Chevaux | Domaine Public via Wikimedia Commons

François Hollande inaugure ce vendredi 10 avril 2015, la Caverne du Pont d’Arc à Vallon-Pont-d’Arc, réplique de la grotte Chauvet, chef d’œuvre de l’art pariétal de la période aurignacienne (-36 000 ans). La Caverne du Pont d’Arc ouvrira ses portes le 25 avril prochain : le public pourra alors découvrir des centaines d’animaux, parmi lesquels des chevaux, des lions, des rhinocéros, peints à l’ocre rouge, gravés au silex, tracés au doigt ou au fusain…

C’est l’occasion de vous rappeler que de nombreux documents sont disponibles, à la bibliothèque, sur le sujet :
– La grotte Chauvet à Vallon-Pont-d’Arc sous la direction de Jean-Michel Geneste (cote 930.12 GRO)
– La grotte des rêves perdus de Werner Herzog (cote 709.01 HER)
– La grotte Chauvet, la première fois de Pierre Oscar Levy (cote 930.12 LEV)

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter le site de la Caverne du Pont d’Arc.

Bonne consultation et bonne visite peut-être !

Le projet Inside Out

L’association étudiante GAIA expose depuis ce jeudi 9 avril 2015, son projet photographique sur les fenêtres de la façade nord de la Bibliothèque Universitaire.

Voici un texte de présentation du projet par les étudiants de l’association :

« Ce projet entre dans le cadre d’Inside Out, une initiative française qui s’est exportée à travers le monde.

“JR” est un street artiste qui a créé ce projet à la suite de sa remise de prix TED. Le but de celui ci est de permettre à toute personne de se faire prendre en photo et d’afficher son portrait pour soutenir une idée et/ou partager son expérience. L’absence d’explication claire sur la raison de ces portraits permet à toute personne portant un projet de véhiculer sa propre idée, sans avoir de limite.


Celle de notre projet est de promouvoir l’ouverture de l’Université d’Avignon à l’international, ainsi que le “vivre-ensemble”. Les UE proposés dans la filière Géographie s’inscrivent dans la démarche d’ouverture internationale des étudiants, mais aussi dans la promotion de la mixité. Dans le climat social actuel, nous tenons à renforcer la fraternité estudiantine. C’est donc dans cette optique que nous voudrions nous positionner, en donnant une image positive à cette démarche.


Quatre alumni passionnés seront nos collaborateurs pour l’élaboration des photographies. Il s’agit de Camille Graizzaro, Zakaria Hardouzi, Justine Le Noac’h et Rémi Laudanski. Celles ci seront reproduites en grand format et exposées sur la façade de la bibliothèque universitaire du Campus Hannah Arendt. Les portraits seront alors visibles depuis la cour, mais aussi depuis le Palais des Papes, et ce jusqu’à la fin du Festival d’Avignon.
»

Bravo pour ce beau projet !


Cadrans solaires et évocation du temps chez les écrivains occitans

Dans le cadre d’un cycle de conférences organisé par Provença Terra d’Oc (Institut d’Estudis Occitans du Vaucluse) et l’Oustau de la Culturo Prouvençalo, la Bibliothèque Universitaire vous propose, le mardi 24 mars 2015 à 17h45, en salle de recherche sciences, la conférence Cadrans solaires et évocation du temps chez les écrivains occitans par Josyane Ubaud, ethnobotaniste en domaine occitan languedocien et provençal.

A travers une collection de photos de cadrans solaires avec devises en occitan, on analysera les mentalités qui ressortent de ces choix (plus joyeux en général que les devises latines). L’analyse sera complétée par l’évocation du temps chez les écrivains occitans, sujet qui préoccupe les hommes depuis… la nuit des temps.



Semaine de la langue française

C’est la semaine de la langue française !  A cette occasion, le Ministère de la Culture et de la Communication a édité le livret des 10 mots  « Dis moi dix mots que tu accueilles ».
« Le français a la capacité d’accueillir et intégrer des mots venus d’ailleurs. Les échanges commerciaux, intellectuels, culturels, les migrations, sans oublier les médias et, désormais, les technologies numériques ont en effet mis le français au contact d’autres langues. Venus d’ailleurs, ils sont devenus d’ici. La richesse de ces échanges a donné à notre langue une grande partie de ses accents et de ses couleurs.  La capacité du français à se ressourcer est sans nul doute un signe de sa vitalité et une garantie pour son avenir.
Les dix mots de cette nouvelle édition invitent donc au voyage : « amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit, kermesse, kitsch, sérendipité, wiki, zénitude ». Qu’ils viennent du flamand, de l’italien, de l’hawaïen, de l’arabe ou de l’inuktitut, ces mots reflètent bien l’hospitalité de notre langue . » En savoir plus.

Les livrets sont disponibles à l’accueil de la bibliothèque n’hésitez pas à les lire et à les emporter !

La propriété intellectuelle constitue-t-elle un obstacle à l’accès à la culture et à la science ?

Un rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’homme intitulé « Nouvelle approche thématique : l’impact des régimes de propriété intellectuelle sur la jouissance du droit à la science et à la culture » vient d’être officiellement déposé aux Nations Unies.

« La Rapporteuse spéciale (Farida Shaheed) examine la législation et les politiques en matière de droit d’auteur sous l’angle du droit à la science et à la culture, en mettant l’accent à la fois sur la nécessité de protéger le droit d’auteur et de développer les possibilités de participation à la vie culturelle ».

Après un examen critique de la législation sur la propriété intellectuelle, elle formule un ensemble de recommandations visant à promouvoir l’accès aux œuvres culturelles et scientifiques, notamment en incitant à accroître les exceptions et limitations aux droits d’auteur et en encourageant le recours aux licences libres telles que les Creative Commons.

Pour ce qui concerne les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, la Recommandation 113 stipule : « Les universités publiques et privées, ainsi que les institutions publiques de recherche devraient adopter des politiques en vue de promouvoir le libre accès aux travaux de recherche, documents et données ayant fait l’objet d’une publication, sur la base d’un système ouvert et équitable, notamment grâce à l’utilisation de licences Creative Commons ».

Lien vers le texte intégral du rapport

Sur le même sujet, paru le vendredi 13 mars sur le site Actualitté

Rencontre avec Pino de Vittorio

Dans le cadre de la manifestation culturelle L’Italia (in)canta, la bibliothèque vous propose, le mardi 17 mars 2015 à 14h00 au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon, Amphithéâtre Mozart, une Rencontre avec Pino de Vittorio, ténor et interprète de chants traditionnels des Pouilles

Pino de Vittorio est un ténor privilégiant précision, couleurs, nonchalance, flexibilité. Après des débuts artistiques consacrés à favoriser la renaissance de la tradition des Pouilles, il entre dans la compagnie théâtrale et musicale dirigée par Roberto De Simone en participant à ses productions majeures pour les festivals internationaux de New York, Buenos Aires, Francfort, Rio de Janeiro, San Paolo. Il participe ensuite à de nombreux festivals nationaux et internationaux et tient des rôles importants dans les plus grands opéras (en particulier à la Scala de Milan, à l’Opéra Garnier à Paris). Enfin, Pino de Vittorio est soliste dans la formation vocale et instrumentale La Cappella della Pietà de’ Turchini, avec laquelle il approfondit les répertoires renaissance et baroque.

En partenariat avec l’Institut culturel Italien de Marseille.

Et à 20h30, au Temple Saint-Martial, Avignon, Pino de Vittorio chantera Le Tarantelle del Gargano.

Pino de Vittorio défend depuis plus de trente ans avec une ferveur toujours intacte le répertoire populaire du sud de l’Italie. Les chants qu’il collectionne comme autant de témoignages envoûtent les spectateurs par leurs rythmes tour à tour entraînants ou hypnotisants. La voix incomparable du chanteur des Pouilles traduit à merveille les joies et les peines d’une terre aride qu’il aime passionnément.
Concert avec :
Pino de Vittorio : voix et guitare battente
Marcello Vitale : guitare classique, guitare battente
Leonardo Massa : calascione
Gabriele Miracle : percussions

Le Temple Saint-Martial – 2, rue Jean-Henri Fabre – 84000 Avignon

Concert organisé en collaboration avec l’association des Amis de l’Orgue de Saint Martial et l’Institut culturel Italien de Marseille.

 

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Tarantella_(Athanasius_Kircher)

La parole et le corps (expropriés et retrouvés[?]) : les femmes dans la chanson italienne des années 70 à nos jours

Dans le cadre de la manifestation culturelle L’Italia (in)canta, la bibliothèque vous propose, le jeudi 5 mars 2015 à 18h, en salle de projection, La parole et le corps (expropriés et retrouvés[?]) : les femmes dans la chanson italienne des années 70 à nos jours, une conférence-discussion de Margherita Marras et Eric Mangin

Parole et corps représentent un binôme incontournable pour évaluer la complexité extrêmement riche et variée de la question des femmes et, plus généralement, de la question de genre. Ce binôme sera à l’origine d’interrogations axées sur le contexte italien, mais le format de cette rencontre-conversation permettra aussi d’aborder certaines particularités de la parole et des corps féminins dans nos sociétés actuelles.

– Margherita Marras est maître de conférences d’italien (LEA) à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.
– Spécialiste du droit de la famille, Eric Mangin a exercé son activité de juge dans plusieurs tribunaux de France métropolitaine et d’Outre-mer. Il est actuellement Juge d’Application des Peines (JAP) et vice-président du Tribunal de Grande Instance d’Avignon.

Mina & Pino Presti Orchestra - 1978 | CC Pino Presti,1978

La chanson populaire entre traduction, adaptation et transportation ou comment le traductofiore s’en sort…

Dans le cadre de la manifestation culturelle L’Italia (in)canta, la bibliothèque vous propose, ce mardi 24 février 2015, à 14h00, en salle de projection, La chanson populaire entre traduction, adaptation et transportation ou comment le traductofiore s’en sort…, une conférence de Laurent Lombard.

Il semblerait que la traduction de la chanson relève davantage de l’adaptation voire de la transportation. Pourquoi et comment traduire une chanson ? Pourquoi certaines chansons passent dans un autre pays sans le besoin d’être traduites ? Quelles sont les chansons populaires françaises adaptées en italien et vice-versa ? Ce sont là quelques-unes des questions abordées lors de cette conférence qui entend montrer à travers des études de cas précis combien cette problématique de la traduction de la chanson populaire est révélatrice des différences sociales et sociétales entre la France et l’Italie.

Laurent Lombard est maître de conférences en littérature italienne contemporaine à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Il a traduit une quarantaine d’ouvrages en français.

Venez nombreux !

CC Spry - Flickr